Les pièges liés à la construction d’une maison neuve

Faire construire un logement neuf est la solution idéale si vous désirez jouir d’une habitation sur mesure qui réponde à toutes vos attentes. Pourtant, la construction neuve est un projet immobilier qui nécessite une implication autant sur le plan financier que personnel. Il convient d’être particulièrement attentif à chacune des étapes de la construction afin d’éviter les différents pièges inhérents à la réalisation d’une maison neuve. Dans le but de vous permettre de prendre les mesures nécessaires et ainsi vous épargnez les mauvaises surprises, vous devez tenir compte des principaux écueils ci-après. Pour minimiser vos risques et vous servir de la banque comme levier, nous vous recommandons d’acheter votre maison sans apport.

Les écueils se rapportant à votre terrain

L’achat d’un terrain à bâtir est la première étape à passer dans le cadre d’une construction de maison neuve. Comme il s’agit de la base qui va accueillir votre futur logement, vous devez rester attentif sur certains points de vigilance avant d’entériner l’acquisition du terrain en question.

La viabilisation du terrain est le premier élément sur lequel vous devez porter votre attention. Est-il raccordé aux différents réseaux de la commune ? (électricité, gaz, eau, assainissements, etc.). Si ce n’est pas le cas (un terrain trop éloigné ou isolé de la ville), vous devez vous renseigner auprès de la mairie afin de voir si un raccordement est envisageable. À ce moment, vous devez prendre en compte dans votre budget de construction les frais inhérents aux travaux de raccordement. Si le raccordement n’est pas possible, il sera nécessaire de prévoir un budget supplémentaire pour installer des équipements indépendants.

Un passage à la mairie de la ville est d’autant plus conseillé afin de vous assurer que le vendeur est bien le propriétaire légitime du terrain que vous comptez acquérir. Effectuer un bornage dudit terrain est également préférable de manière à limiter correctement la parcelle que vous désirez acheter. Cela évitera aussi les éventuels litiges avec le futur voisinage.

D’autre part, l’adaptation du terrain est un autre problème sur lequel vous devrez être attentif. Il est possible qu’en raison de leur qualité, certains sols requièrent des travaux plus conséquents. C’est par exemple le cas des terrains argileux. La réalisation d’une étude G12 du sol vous permet de déterminer le système de fondation qui conviendra le plus à votre terrain. Cela vous permet d’éviter les risques de glissement ou d’affaissement de terrain, les fissures ou instabilités pouvant compromettre votre construction. Cette démarche nécessite l’intervention d’un prestataire et elle peut coûter entre 800 et 2 000 € suivant les professionnels.

Les écueils liés au choix de vos prestataires

Une fois que vous avez écarté tous les pièges relatifs à l’acquisition de votre terrain, il est primordial de porter votre attention sur les prestataires auxquels vous ferez appel pour réaliser le chantier. La qualité ainsi que le sérieux du constructeur sont les premiers critères qui doivent guider votre choix.

Si vous optez pour un artisan constructeur, assurez-vous qu’il dispose d’une certification adéquate (Qualité ENR, Qualibat, EcoArtisan, Certif Iso 900). Il doit également être inscrit au registre du commerce et des métiers et être ainsi, en mesure de fournir un Kbis authentique. D’autre part, le prestataire en question doit proposer une assurance dommages-ouvrages. Cette dernière est obligatoire en plus de compléter votre dossier dans le cadre d’un emprunt bancaire. Qui plus est, si vous envisagez de revendre la maison, vous devez fournir cette assurance à votre futur acheteur.

Construction maison neuf

Le principal intérêt de l’assurance dommages-ouvrages réside dans le fait qu’elle permet la réparation d’un éventuel sinistre sans attendre les résultats d’expertises, celui-ci étant normalement pris en charge par l’assurance.

Pour vous conforter dans votre choix du meilleur constructeur, vous pouvez éventuellement vous renseigner sur les avis laissés par les précédents clients dudit prestataire. Prendre contact avec d’anciens clients vous permet aussi d’avoir plus d’informations sur la manière de travailler de l’artisan et sur la qualité de ses constructions.

Si votre construction implique une surface hors œuvre nette de plus de 170 m², il convient de faire appel à un architecte. À ce moment, assurez-vous que celui-ci est réellement inscrit à l’ordre des architectes. Demandez-lui également ses différents certificats d’assurance.

Tout comme le constructeur, l’architecte doit proposer une garantie responsabilité civile. D’ailleurs, si vous optez pour un artisan constructeur, il doit aussi disposer des garanties essentielles telles que la biennale et la décennale, la garantie de paiement des sous-traitants, le parfait achèvement, le remboursement de l’acompte ainsi que les garanties de livraison aux délais et aux prix convenus.

Votre contrat de construction

Avant le début des chantiers, il est impératif d’établir un contrat de construction de maison individuelle. Conformément à la loi du 19 décembre 1990, le CCMI est obligatoire. Ce contrat vous permet de bénéficier de garanties contractuelles sur les prix et les délais de réalisation des travaux. Le CCMI impose aux constructeurs une obligation de résultat ainsi qu’une garantie de parfait achèvement et de livraison.

D’autre part, il convient de rester vigilant sur les devis. Il est d’ailleurs conseillé d’effectuer des demandes de devis auprès de prestataires différents dans l’optique de comparer les prix.

Un devis établi en bonne et due forme doit faire mention de la nature des travaux à réaliser, du volume, de la qualité des matériaux nécessaires ainsi que de leurs prix en hors taxe (HT) et toute taxe comprise (TTC). La TVA doit également être présente dans le devis tout comme les dates de début et de fin des travaux, les modalités et conditions de règlement, ainsi que la durée de validité dudit devis.

Il est fortement conseillé de faire attention aux tarifs qui paraissent trop alléchants. Bien souvent, ces prix peuvent cacher des frais de travaux supplémentaires qui risquent de faire grimper la note tout au long de la construction ou même à la réception de la maison. À part cela, il est préférable de fuir les prestataires qui réclament le paiement de la globalité des travaux avant même le commencement du chantier. En temps normal, les règlements s’effectuent par étape suivant les principaux travaux réalisés, et cela, jusqu’à la réception de la maison qui conclut l’achèvement des travaux.

Et enfin, établir un contrat complet, clair et bien détaillé est fortement recommandé si vous voulez éviter les mauvaises surprises au cours de la réalisation de la construction. Le contrat en question doit faire mention du plan de construction, de l’étude G12 préalablement réalisée, des pénalités en cas de retard de livraison ainsi que de l’ensemble des travaux à réaliser. Signer un contrat de construction précis vous évitera les déconvenues et litiges tout au long de la réalisation des travaux.

Laisser un commentaire