L’isolation extérieure d’une toiture : tout savoir

La toiture est l’un des éléments d’un logement qui peut entrainer le plus de pertes thermiques. Son isolation est par conséquent primordiale si vous souhaitez réaliser des économies d’énergie et améliorer le confort de votre intérieur. L’isolation du toit peut se faire de deux manières, par l’intérieur et par l’extérieur. Chaque méthode présente des points forts et des points faibles qui lui sont propres. Avant d’opter pour l’isolation extérieure, voici tout ce que vous devez savoir sur ce type de travaux.

Quand effectuer une isolation extérieure ?

Contrairement à une isolation intérieure, une isolation extérieure est beaucoup plus complexe à mettre en œuvre. Elle peut nécessiter la modification de la charpente du toit ainsi qu’une étude préalable avant d’entamer les travaux. Les dépenses qu’elle entraine sont de ce fait beaucoup plus importantes surtout si vous devez changer votre charpente.

C’est pour cette raison qu’il est préférable de n’envisager ce type de travaux que lors d’une rénovation de toiture ou sur une construction neuve. De cette manière, il vous sera possible de réaliser en même temps la pose de toiture et d’isolation. Dans le cas où le budget ne serait pas un problème, une isolation de toiture extérieure peut vous offrir de nombreux avantages.

D’abord, c’est un bon choix si vous souhaitez aménager le comble sous la toiture. Ensuite, l’isolation extérieure d’une toiture offre de meilleures performances par rapport à une isolation intérieure. De plus, une bonne isolation extérieure améliore grandement l’étanchéité d’une maison.

Les méthodes d’isolation classiques pour toit en pente et toit plat

Le « sarking » fait partie des méthodes d’isolation extérieure connues pour être efficaces. Il peut être appliqué sur les charpentes en bois traditionnelles comprenant des pannes et des chevrons. Avant de pouvoir mettre en place ce type d’isolation, il faudra vous assurer que votre charpente réponde aux conditions techniques requises.

La mise en place du sarking se fait en plusieurs étapes. D’abord, un parement en bois massif ou fait d’un matériau similaire est fixé sur les chevrons. Ensuite, il faut placer un écran d’interposition tel qu’un pare-vapeur. Puis, des panneaux isolants d’une ou de deux couches croisées vont être installés. Un écran de sous-toiture et des contre-lattes viendront recouvrir ces couches d’isolants. Et enfin, les supports de couverture de la toiture seront installés.

Il faut par ailleurs noter que le sarking ne convient qu’aux toitures en pente. Pour les toitures-terrasses ou toitures plates, il existe d’autres méthodes plus recommandées. La méthode conventionnelle d’isolation extérieure consiste par exemple à utiliser une toiture chaude. Cette dernière est constituée d’un isolant placé entre le support du toit et une membrane d’étanchéité. L’isolant peut être en vrac ou sous forme de plaque.

La méthode appelée « toiture inversée » consiste quant à elle, à placer l’isolant vers l’extérieur. Ainsi, la membrane d’étanchéité va être placée sur le support de toit et accueillir directement l’isolant. Et enfin, la méthode « combinée » consiste à mettre en place une toiture chaude qui sera ensuite complémentée par une toiture inversée. Ainsi, vous aurez une couche d’isolant sous la membrane d’étanchéité et au-dessus de cette dernière.

L’isolation par caisson chevronné et par panneau sandwich

Même si la mise en place d’un système sarking n’est pas particulièrement complexe, il existe une solution encore plus simple et plus rapide : les caissons chevronnés. Il s’agit généralement de panneaux d’une couche d’isolant comprise entre deux chevrons raidisseurs et dotés d’une sous face rigide. Il existe en plus diverses finitions sur ces panneaux (bois, contreplaqué, plâtre, etc.).

Un caisson chevronné peut avoir une longueur comprise entre 2 et 8 m, une largeur de 60 à 82 cm et une épaisseur d’isolant de 8 à 18 cm. Étant donné la taille importante de ce type de dispositif, son installation nécessite l’utilisation d’engins de levage. De plus, contrairement au sarking, les joints des caissons chevronnés ont besoin d’être traités à l’aide d’une mousse polyuréthanne.

Les panneaux sandwich font aussi partie des possibilités que vous pouvez envisager, que ce soit pour une rénovation ou une installation neuve. Un panneau sandwich est constitué de deux profilés entre lesquels est placée une couche d’isolant (appelée « âme »). Les parements du panneau sont faits d’un matériau solide (PVC, aluminium, etc.) et l’âme est composée d’un isolant tel que la laine de roche ou la laine de verre.

Si vous souhaitez utiliser un panneau sandwich pour l’isolation de votre toiture, vous aurez le choix entre les panneaux bardage et les panneaux toiture. Les panneaux bardage servent uniquement pour l’isolation tandis que les panneaux toiture servent à la fois de couverture et d’isolation.

Les panneaux sandwich se fixent sur les pannes de la toiture. Ces panneaux sont dotés d’une nervure libre et d’une nervure pleine sur chaque côté. Pour relier les panneaux lors de l’installation, il suffit de placer la nervure libre d’un panneau sur la nervure pleine du panneau suivant. Vous n’aurez alors aucun souci avec les jointures, ce qui n’est pas le cas des caissons chevronnés.

Y a-t-il des aides financières disponibles ?

Le coût des travaux d’une isolation de toiture extérieure est souvent très élevé. Pour le sarking, le coût de l’installation peut par exemple osciller entre 85 et 220 €/m², pose incluse. Le prix de l’installation de l’isolation va surtout dépendre de l’envergure des travaux à effectuer, des matériaux choisis et de la méthode d’isolation utilisée. Pour connaitre le budget dont vous aurez besoin, le mieux est de demander un devis auprès d’un professionnel.

Si vous êtes contraint d’effectuer une isolation extérieure de toiture, il existe heureusement des aides financières que vous pouvez solliciter. Il y a par exemple MaPrimeRénov, l’Eco-prêt à taux zéro et l’aide « Habiter mieux sérénité » de l’Anah. Ces aides ne sont disponibles que dans le cadre d’une rénovation énergétique et ne sont accessibles que par certains profils de ménages. Les économies qui seront réalisées suite aux travaux d’isolation pourront par ailleurs amortir sur le long terme le coût initial des travaux.

Laisser un commentaire