Comment casser un mur porteur sans risques ?

Dans le cadre d’un projet d’agrandissement des pièces à vivre d’un logement, casser un mur porteur se présente comme une option pratique. Toutefois, cela implique de prendre des dispositions préalables pour éviter les éventuels litiges. D’autre part, l’abattage d’un mur porteur a pour effet d’altérer la stabilité et la solidité d’une habitation.

C’est pourquoi la création d’une ouverture sur cet élément ou même sa suppression nécessite préalablement des études approfondies. L’intervention de professionnels qualifiés est également indispensable si vous désirez casser un mur porteur sans risque. Cet article vous permet d’ailleurs de bien comprendre les étapes à suivre afin de réaliser votre projet sans courir le moindre risque. L’abattement d’un mur porteur fait partie des risques liés à l’investissement immobilier, même s’il est contrôlé et souvent maitrisé.

Avant le début des travaux

La transformation ou la démolition d’un mur porteur est un projet délicat du fait qu’il touche un élément essentiel au soutien de la charpente et des planchers d’une construction. Qui plus est, l’abattage de murs porteurs requiert certaines autorisations et obligations auxquelles vous devez vous plier avant l’exécution des travaux. Et cela, en fonction du logement et du type d’ouverture que vous désirez réaliser.

detruire un mur porteur sans risque

Dans le cas d’une habitation en copropriété, vous devez dans un premier temps monter un dossier qui sera composé des devis de l’architecte du logement en copropriété, du professionnel auquel vous allez faire appel et du Bureau d’Études Techniques auprès duquel vous avez exposé votre projet au préalable.

Si vous prévoyez de casser un mur porteur mitoyen, vous devez réaliser un état des lieux contradictoire qui viendra ensuite compléter votre dossier. Cet état des lieux est indispensable dans la mesure où l’abattage du mur porteur mitoyen est susceptible de générer des dommages mineurs (écaillement de peinture, fissures, etc.) chez vos voisins.

D’autre part, il est conseillé de confier la réalisation de cet état des lieux à un huissier. Il vous permet d’éviter d’éventuels litiges avec des voisins peu scrupuleux qui tenteraient de mettre sur le compte de la démolition du mur porteur des dégâts antérieurs sur leur logement. Après l’établissement du rapport, vous devez le soumettre au syndic de la copropriété si celle-ci en dispose. C’est ensuite le syndic qui donnera ou non son aval pour la réalisation de vos travaux.

Dans le cas d’une maison individuelle, vous êtes dans l’obligation d’effectuer une déclaration de travaux auprès du service d’urbanisme de la mairie. Cette démarche est d’autant plus primordiale dans le cas d’un mur porteur situé sur la façade de votre maison, car cela peut impliquer une modification de l’aspect extérieur de cette dernière. Si votre logement n’est pas mitoyen, vous n’avez pas besoin d’établir un état des lieux contradictoire.

Pourquoi faire intervenir un architecte et un Bureau d’Études Techniques ?

Si vous désirez casser un mur porteur sans risque, il est vivement conseillé de confier les travaux à une entreprise de démolition qualifiée, à moins que vous ne soyez vous-même expert dans ce domaine. S’enquérir de l’avis et des conseils d’un Bureau d’Études Techniques est également indispensable afin de ne pas compromettre la structure de votre habitation.

Il vous est recommandé de présenter votre projet d’abattage de mur porteur à un architecte habilité afin qu’il puisse en vérifier la faisabilité ainsi que les conséquences que peut impliquer la réalisation des travaux. Par exemple, si vous prévoyez de démolir un mur porteur dans l’optique d’y monter une fenêtre ou encore une porte, les éléments de soutien qui ont été retirés devront être remplacés par d’autres (structure, matériaux, etc.) qui pourront assurer le maintien du reste de la structure de manière efficace et pérenne. En revanche, seul un architecte qualifié est en mesure de trouver une solution viable permettant d’assurer la solidité de la structure et pouvant faire tenir efficacement la partie restante du mur porteur.

Quant au BET, son intervention s’avère nécessaire dans la mesure où à l’aide de calculs spécifiques et précis, il sera plus à même de déterminer la dépose du mur porteur ou la procédure d’ouverture la plus adaptée. Il peut également choisir l’élément de soutien le plus approprié qu’il faudra mettre en place afin d’avoir un résultat stable, solide et sécuritaire.

Les techniques préconisées suivant les types d’ouvertures à créer

Dans la pratique, casser un mur porteur consiste à réaliser une découpe sur celui-ci. Il s’agit de scier le mur porteur en effectuant une technique spécifique que seuls des professionnels en abattage de murs porteurs sont à même de réaliser. Le maintien du pan de mur restant doit être assuré par étayage avant la démolition de la partie du mur porteur qui doit être retiré.

Si la largeur de l’ouverture à effectuer oscille entre 80 cm et 1 m, c’est la méthode dite poutrelle sur sommiers qui est à préconiser. Cette technique permet de répartir sur des poutrelles en métal la charge des étais entre le plafond et le sol.

Dans le cas d’une ouverture pouvant atteindre les 2m50 de large, la méthode du portique est plus conseillée. Le système fonctionne à peu près de la même manière que la poutrelle sur sommiers. En revanche, il implique la création d’un jambage entre deux poutrelles qui seront liées entre elles et fixées au sol. Avec cette technique, ce sont les poutres qui supportent toute la charge.

Et enfin, pour les travaux plus lourds, c’est la technique dite deux demi-poutres qui doit être appliquée. Cette méthode est surtout adaptée aux murs d’épaisseurs conséquentes. Des saignées seront effectuées dans le mur porteur et des poutres appuyées sur un jambage seront insérées dans les ouvertures créées de manière à soutenir la structure.

Laisser un commentaire