Construction d’un bassin dans son jardin : comment faire ?

Un bassin de jardin renferme tout un écosystème composé non seulement de végétaux et de poissons, mais aussi d’insectes et de bactéries différentes. Cet écosystème contribue à apporter de la vie dans votre espace extérieur outre le fait d’être un lieu propice à l’apaisement et au calme. Si vous disposez d’un jardin suffisamment vaste pour accueillir un bassin, sachez que la construction de ce dernier doit respecter quelques fondamentaux que vous pouvez découvrir ci-après.

Le choix de l’emplacement

Même s’il semble facile de trouver un emplacement dédié pour votre bassin de jardin, il est important qu’il puisse bénéficier d’un ensoleillement optimal, c’est-à-dire 6 heures d’insolation quotidienne en moyenne. Pour cette raison, il est recommandé de privilégier les expositions est et sud-est. Dans la mesure du possible, évitez les expositions qui donnent plein sud ou nord.

Les bienfaits d'un bassin de jardin

Assurez-vous également que l’emplacement choisi ne soit pas trop à proximité d’arbres dont les racines sont susceptibles de pousser de telle sorte à s’incruster dans le bassin. À postériori, cela risquerait d’endommager la bâche de ce dernier. En revanche, il est nécessaire que l’étang puisse bénéficier d’une zone ombragée durant les périodes estivales. Vous devez placer le bassin à distance raisonnable d’un grand arbre, idéalement persistant. En effet, il faut savoir qu’en automne, les feuilles mortes risquent d’atterrir dans le bassin favorisant l’accumulation de vase et de matières organiques pouvant nuire au bon équilibre de l’écosystème de l’étang.

D’autre part, afin de faciliter la construction de votre bassin de jardin, choisissez une zone plane et dégagée. Un emplacement facile à travailler est recommandé, car il vous faudra creuser au moins sur 0,8 m de profondeur.

Creuser le trou où va loger le bassin

Avant de creuser le trou qui va accueillir votre bassin de jardin, tracez un contour en vous aidant d’une bombe de peinture ou d’une pelle-bêche. Pour ce qui est de la forme du bassin en question, différents choix s’offrent à vous : rond, ovale, carré, rectangle ou même en haricot. Même si vous recherchez l’originalité, évitez les formes alambiquées qui n’auront pour effet que de privilégier la stagnation de l’eau, engendrant par la même occasion l’amoncellement de vases et la pousse de mauvaises algues.

Comme mentionné plus haut, une profondeur minimale de 80 cm est préférable. Cela étant afin de permettre à vos poissons de se réfugier au fond du bassin durant les hivers. D’ailleurs, si vous prévoyez d’élever des carpes koïs dans votre étang, celui-ci devra faire au moins 1,20 m de profondeur. Ce type de poisson d’ornement a la particularité d’être grand (entre 60 et 90 cm de long) une fois adulte. Il aura donc besoin d’un espace suffisamment conséquent pour s’épanouir.

La pose du feutre géotextile

Le feutre géotextile a pour but de conditionner la durabilité de votre étang. Ce revêtement est à placer entre le fond du bassin et la bâche. Il évite le déversement de l’eau dans le cas où des pierres ou des racines viendraient endommager la bâche. Le choix du revêtement de protection nécessite une grande attention de votre part. Plus il sera solide et de qualité, plus il assurera la longévité de votre bassin.

Au moment de sa pose, découpez ses bords de manière à ce qu’ils épousent parfaitement les contours de l’étang. Faites attention à ne laisser apparaître aucune terre et assurez-vous qu’il dépasse les abords du bassin. Notez que la partie lisse du feutre géotextile devra être tournée vers l’intérieur de l’étang et la face gratinée vers l’extérieur.

L’installation de la bâche et des dispositifs de filtrage

Cette étape doit être effectuée par plusieurs personnes, car suivant sa taille et son épaisseur, la bâche peut s’avérer très lourde. Elle risque aussi d’être compliquée à manipuler, surtout si vous optez pour un modèle en PVC. Effectuez la pose de la bâche durant un beau jour ensoleillé. Notez que vous pouvez également utiliser une bâche EPDM. Cette dernière a d’ailleurs l’avantage d’être plus durable (près de 50 ans), à condition que vous preniez les précautions nécessaires au moment de l’enterrer. Il faut savoir que ce type de bâche se plie plus facilement en plus d’être plus souple. Afin de ne pas l’endommager, pensez à vous déchausser lors de sa mise en place.

C’est également lors de la pose de la bâche que vous pourrez mettre en place la pompe dans l’étang. Toutefois, évitez de l’installer trop profond, car il faut qu’elle reste accessible. Et enfin, placez également le filtre à eau qui servira à réguler la température de l’eau du bassin, à la brasser et à la nettoyer.

La dernière étape : remplir le bassin

Afin que la bâche puisse épouser la forme du trou, il convient de remplir lentement le bassin d’eau. Au fur et à mesure, tirez également sur les côtés de manière à tendre la bâche et ainsi de retirer tous les plis. Ne remplissez pas entièrement le bassin et laissez reposer au moins 3 ou 4 jours avant de combler les centimètres restants. Cela permettra à la bâche de se tendre totalement. Et enfin, retirez les morceaux de feutre géotextile et de bâche qui dépassent de manière à avoir un rendu plus esthétique. Il ne vous reste plus qu’à embellir votre bassin en l’agrémentant de plantes, de dalles, de pierres naturelles, etc.

Laisser un commentaire