Tout ce que vous devez savoir sur la rénovation énergétique

La rénovation énergétique est un concept d’une grande importance. Son objectif est de réduire la dépense en énergie de chaque ménage. En France, les pouvoirs publics ont créé diverses aides pour inciter à la rénovation énergétique. Bien que ces aides fonctionnent de différentes manières, elles ont aussi quelques points communs.

Qu’est-ce que la rénovation énergétique ?

La rénovation énergétique est un procédé consistant à réduire la consommation énergétique d’un logement. Il peut s’agir de la consommation en électricité ou en chauffage. Cette rénovation en énergie inclut, en ce sens, la réalisation de divers travaux. En fonction de l’envergure et du type de travaux de rénovation à prévoir, l’investissement nécessaire est souvent important.

Cela peut en effet, concerner une rénovation du système d’isolation du logement incluant des travaux sur la toiture, les murs, les entrées, etc. On  peut aussi procéder à la rénovation électrique et même des sources d’énergie pour favoriser l’utilisation des ressources énergétiques renouvelables.  

Cette initiative n’a pas uniquement pour but de réaliser des économies d’énergie. Elle améliore également le confort d’un logement et permet surtout de réduire son impact environnemental. En effet, l’électricité ou les carburants pour le chauffage ne sont pas toujours écologiques. Réduire leur consommation permet donc de moins nuire à l’environnement.

Puisque la préservation de l’environnement est un enjeu de grande envergure, les États ne peuvent plus l’ignorer. C’est pour cette raison qu’en France divers dispositifs sont mis en place pour encourager le renouvellement énergétique. Plus précisément, des aides sont offertes aux foyers souhaitant effectuer une rénovation énergétique.

Quels sont les différents travaux possibles ?

Divers travaux permettent une rénovation énergétique. C’est par exemple le cas des travaux d’isolation thermique. En effet, les logements mal isolés dépensent beaucoup d’énergie en chauffage. Cela vient du fait que leurs parois ne sont pas capables de retenir la chaleur.

Dans une maison datant d’avant 1975, le toit et les murs sont à l’origine de 25 % des déperditions de chaleur. Les fenêtres entrainent quant à eux une déperdition en énergie de l’ordre de 15 %. Effectuer des travaux d’isolation thermique sur ces divers éléments permet de dépenser jusqu’à 60 % d’énergie en moins.

Le renouvellement du chauffage compte également parmi les travaux de rénovation énergétique indispensable. Remplacer son ancien chauffage permet en effet de réaliser des économies d’énergie sur le long terme. Toutefois, le nouvel appareil à installer doit répondre à différentes conditions. Il doit par exemple proposer un rendement de proche de 90 % et émettre un minimum de particules polluantes.

Et enfin, les travaux de ventilation intègrent aussi la rénovation énergétique. Avec une ventilation efficace, vous aérez l’intérieur du logement sans avoir à ouvrir la fenêtre. Cela évite toute déperdition de chaleur. Les systèmes de ventilation double-flux permettent en plus de chauffer l’air insufflé dans un logement.

De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?

rénovation énergétique c'est quoi

Très souvent, le coût des travaux de rénovation énergétique est élevé. Certains ménages aux revenus très modestes hésitent dans ce cas à effectuer la rénovation énergétique. C’est là qu’interviennent les aides pour financer partiellement ou entièrement ces travaux. Certaines de ces aides sont en outre accumulables.

« MaPrimeRénov » est l’une des aides pour la rénovation énergétique les plus connues. Il s’agit de l’une des aides de l’Anah qui depuis 2020 est accessible à n’importe quel ménage. Le montant de l’aide pour la rénovation énergétique va toutefois varier selon le revenu de chaque foyer. Pour un ménage aux revenus très modestes, l’aide pour installer une VMC double flux est par exemple de 4 000 €. Avec des revenus standard, elle est de 2 000 €. À noter qu’il est possible de bénéficier de cette aide plusieurs fois.

Il y a également l’éco-prêt à zéro taux. Il s’agit d’un prêt aux conditions simplifiées octroyé par l’État. Cette aide permet d’emprunter jusqu’à 30 000 € pour réaliser divers travaux. Il peut s’agir de l’installation d’une chaudière, le remplacement des fenêtres, isolation du toit, etc. Le prêt est indemnisable sur 15 ans.

Et enfin, il y a les aides CEE (Certificats d’Économie d’Énergie). Il s’agit d’aides proposées par les fournisseurs d’énergie. En effet, les fournisseurs d’énergie peuvent encourager les particuliers à effectuer différents travaux pour économiser. En fonction du fournisseur, l’aide sera une prime, un bon d’achat, etc. La prime énergie Monexpert est un exemple de CEE.

Comment bénéficier de ces aides ?

En fonction des aides dont vous souhaitez disposer, la démarche à suivre va varier. Par exemple, avec MaPrimeRenov, vous devez dans un premier temps demander un devis auprès d’un artisan. Il doit notamment s’agir d’un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). La plupart des aides pour la rénovation énergétique nécessitent d’ailleurs l’intervention d’un artisan RGE.

Ensuite, vous aurez à vous inscrire sur la plateforme gouvernementale dédiée à cette aide. Puis, demandez le financement avant de faire signer le devis. Vous aurez notamment besoin de fournir quelques informations en plus du devis. Votre dossier sera alors étudié pour déterminer le montant de votre aide. Si l’aide vous est accordée, vous pouvez signer le devis et débuter les travaux. À leur achèvement, envoyez votre facture et votre RIB sur la plateforme. Vous recevez alors votre prime par virement.

Toutes les aides ont également différentes conditions d’obtention. Elles ne sont par exemple pas octroyées pour des travaux qui n’entrainent pas d’économies d’énergie. En outre, les économies d’énergie réalisées doivent dépasser un certain seuil. Pour les aides telles que MaPrimeRénov, le logement concerné doit aussi avoir plus de 15 ans. De plus, il ne faut pas avoir bénéficié de l’éco-prêt les 5 dernières années.

Laisser un commentaire