Maçonnerie de gros œuvre : une étape primordiale

Le gros œuvre est l’ensemble des ouvrages assurant la solidité et la stabilité d’une maison. Il nécessite la maitrise de différentes techniques de construction sur un chantier, et doit donc être confié à des artisans compétents. En effet, si les travaux de gros œuvre sont mal exécutés, le bâtiment s’expose à de nombreux risques.

La pose des fondations

Le coût d’un projet impliquant des travaux de gros œuvre est souvent élevé. Il convient de demander un devis précis pour connaitre le prix de chaque prestation à effectuer sur le chantier. Dans une construction neuve, le gros œuvre comprend un certain nombre de travaux importants.

D’abord, il y a le terrassement qui consiste à préparer le terrain pour la construction. Il permet de modifier le relief du terrain et comporte différentes étapes. Ces dernières sont : le piquetage, l’assainissement, le décapage, les fouilles et le remblaiement. La plupart de ces interventions nécessitent l’usage d’engins spécifiques.

Ensuite vient la pose des fondations. La fondation est l’élément principal assurant la stabilité d’un bâtiment. Une étude des sols sera nécessaire pour déterminer le type de fondation à mettre en œuvre. Sur un terrain très stable, des fondations superficielles (entre 50 cm et 1 m) sont autorisées. Lorsque le sol est moins stable, le projet doit considérer des fondations semi-profondes (entre 2 et 6 m). Et enfin, sur un sol meuble ou argileux, les fondations profondes sont recommandées. Ces dernières peuvent s’étendre au-delà de 6 m.

Une fois que les fondations sont posées, le soubassement est à créer. Il s’agit de la partie inférieure d’une maison chargée de soutenir son ossature. Dans certaines situations, le soubassement peut comporter un vide sanitaire. Ce dernier permet de protéger contre les remontées d’eau et d’humidité ainsi que l’affaissement ou le gonflement du terrain. Le soubassement est ensuite recouvert par le dallage.

L’élévation de la construction

Le gros œuvre inclut aussi les divers ouvrages en rapport avec l’élévation de la construction. Après la pose des fondations vient ainsi le dressage des murs porteurs. Ils vont servir à supporter la charpente et le plancher de la construction. Le matériau utilisé pour ces murs porteurs dépend de la solidité et des performances d’isolations recherchées.

La charpente pour le toit du bâtiment est la prochaine étape du gros œuvre. Elle se compose principalement d’un assemblage d’élément en métal permettant de créer une structure. Cette dernière va ensuite être recouverte par la toiture. Un toit peut être couvert par des tuiles, du zinc, de l’ardoise… À noter que le type de toiture choisi pour la maison doit respecter les règles d’urbanisme en vigueur.

La menuiserie extérieure vient en dernier lieu une fois que la structure est murée et couverte. Les menuiseries extérieures comprennent les portes et les fenêtres qui donnent accès à l’extérieur. Ces éléments jouent un rôle dans la sécurisation du bâtiment ainsi que dans son isolation. Après cette dernière étape viennent enfin les travaux de second œuvre sur le chantier. Ces derniers concernent principalement l’aménagement intérieur.

Quand est-ce que le gros œuvre est requis ?

Le gros œuvre est un passage incontournable en construction neuve, mais il est aussi requis dans d’autres situations. C’est par exemple le cas lors de la surélévation d’un bâtiment. Cette opération consiste à ajouter un espace habitable en hauteur sur une construction existante. Sa réalisation doit être bien étudiée afin de s’assurer que l’extension sera supportée par la structure sur laquelle elle repose. Très souvent, le bois est utilisé pour constituer l’ossature de ce type d’extension. Cependant, la maçonnerie est envisageable si la structure du bâtiment le permet.

Une extension de plain-pied nécessite également des travaux de gros œuvre. Cette extension est soumise à moins de contraintes étant donné qu’elle repose directement sur le sol. Cependant, elle n’est possible que sur une maison ayant un jardin suffisamment large.

Parfois, la surélévation d’un bâtiment nécessite de réaliser un renforcement des fondations. Cette opération peut aussi être nécessaire lors d’un ajout de nouvelles fondations dans le cadre d’une extension latérale.

Lors d’une rénovation, divers travaux de gros œuvre peuvent avoir lieu sur un chantier de construction. Sur une façade en mauvais état, un ravalement est par exemple requis. Dans certaines communes, le ravalement de façade doit être réalisé tous les 10 ans.

La rénovation de toiture d’une maison compte aussi parmi les travaux de gros œuvre courants. Cette rénovation va servir à corriger les problèmes de fuite d’eau et d’isolation. Parfois, elle nécessite le remplacement de l’ancienne charpente. Dans ce cas, le budget à préparer est conséquent. Et enfin, sachez que la rénovation d’un plancher porteur et la suppression d’un mur porteur comptent aussi parmi les gros œuvres.

Laisser un commentaire